vendredi 11 avril 2014

Ce que vous ne saviez peut-être pas sur les chats

Ce que vous ne saviez peut-être pas sur les chats
Le chat qui joue à attraper sa queue

Jouer avec sa queue, c'est normal pour un chaton. Les chatons jouent en effet avec tout et rien : une feuille, un poussière, un rayon de soleil, alors pourquoi pas leur queue !

A l'âge adulte, ce comportement a normalement disparu, le chat ayant conscience que sa queue fait partie de son corps (on parle de proprioception). Toutefois, certains chats hyperactifs conservent, une fois adultes, un comportement particulièrement infantile et joueur. Ils continuent à s'amuser avec leur queue en oubliant que c'est la leur, ce qui peut paraître drôle au début. Malheureusement, le jeu dégénère souvent, le chat s'excitant sur sa queue au point qu'il se blesse en la mordillant. La douleur ressentie alors le surprend et l'énerve, et il peut littéralement « perdre les pédales » : il oublie qu'il s'agit de son propre corps et considère sa queue comme une sorte d'intrus qui le poursuit et l'agresse. Il en vient à la poursuivre non plus pour jouer mais pour la chasser.

La pose d'un pansement peut rompre se cercle vicieux ; à l'extrême, l'amputation de la queue est parfois nécessaire quand les blessures sont graves mais elle ne résout pas le problème de fond. Si votre chat est affecté par ce trouble, n'hésitez pas à consulter votre vétérinaire. S'il est généralement du à une anxiété importante liée à une hyperactivité non traitée, il peut également être du à une cause purement physique.

Attention aux réprimandes

La punition est une sanction que l'on inflige après un méfait. Concernant le chat, elle se révèle inutile quand elle survient "après", le chat n'ayant pas la capacité de faire la relation après coup entre le méfait qu'il a commis et la punition reçue. Il n'a pas un cortex préfrontal suffisamment développé pour effectuer une telle association mentale. La punition n'est donc en aucun cas un outil d'éducation. Pire, elle pourra être considérée comme un geste de maltraitance.

Le syndrome du chat-jouet

"Un animal n'est pas un jouet" répète-t-on souvent, à juste titre, aux enfants qui poursuivent le chat dans la maison dans la moindre de ses cachettes et le manipulent comme une peluche. Incapables d'empathie, les enfants ne pensent pas qu'un animal éprouve des émotions et de la douleur si on ne le leur dit pas. C'est par conséquent aux parents qu'il revient de veiller à ce que l'animal ne souffre pas de manipulations excessives, voire de maltraitance, et que chacun respecte le besoin d'isolement de l'animal.

Ce harcèlement infantile entraîne en effet chez le chat un syndrome bien particulier dit du "chat-jouet". A force de subir les assauts des plus jeunes sans pouvoir y échapper, l'animal devient anxieux et potentiellement agressif ou malpropre. Il peut également développer une alopécie (perte de poils) ou de la boulimie. Autant de troubles graves que l'on peut éviter en restant vigilant !

Les chats aussi rêvent

Lorsque le chat dort, on observe parfois chez lui de petits tremblements ou des tressautements des membres, voire des paupières et des lèvres. Malgré un relâchement complet de tout le corps, certains muscles se contractent, probablement en lien avec les rêves. Cela se produit pendant la phase dite de sommeil paradoxal.

Si votre chat a parfois le sommeil agité au point qu'il bouge ou tremble, ne le réveillez surtout pas : il est dans ses rêves ! Laissez-le finir tranquillement son cycle de sommeil, il n'y paraîtra plus au réveil.

Lorsque votre chat se frotte sur vous

Se frotter contre nos jambes ou contre un objet est un comportement caractéristique du chat. Au delà d'être une marque d'affection, ce comportement est aussi un marquage. Frotter sa joue, du bout du nez jusqu'aux oreilles contre quelqu'un ou quelque chose permet au chat de déposer des sécrétions phéromonales apaisantes.

Lorsque le chat se frotte sur une personne ou un animal, il lui témoigne son affection. S'il le fait contre un meuble ou le coin d'un mur, cela signifie qu'il se sent bien dans ce territoire.

Sources : Le comportement du chat de A à Z du Dr Valérie Dramard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire