jeudi 3 avril 2014

Nourriture pour animaux, comment s'y repérer ?

D'après un article de Corinne Fréchette-Lessard

Pitou et Minou sont membres de la famille, mais vous hésitez à leur acheter de la nourriture haut de gamme? Quelques conseils pour vous éclairer.

Alimentation pour animaux Entre les recommandations du vétérinaire, les produits spécialisés des animaleries et les options bon marché proposées en épicerie, difficile de trancher. «La quantité de produits est énorme et l’information pour faire des choix est compliquée à trouver, dit la médecin vétérinaire Valérie Deschênes, enseignante au programme Techniques de santé animale au Collège Laflèche, à Trois-Rivières. Même mes étudiants ont de la difficulté à faire preuve de discernement!» De plus, beaucoup d’information sur le sujet émane des fabricants, ce qui peut soulever un doute quant à leur objectivité.

Votre animal peut cependant vous donner des indices. S’il a un beau pelage, a les yeux brillants, est actif et fait une ou deux selles par jour, vous êtes sans doute sur la bonne voie.

Voici les éléments à considérer:

La gamme et l'emballage

Le marché de la nourriture pour animaux est souvent présenté en trois catégories : bas de gamme (dans les épiceries, pharmacies et autres grandes surfaces), milieu de gamme (dans les boutiques spécialisées pour animaux) et haut de gamme (dans les cliniques vétérinaires).

Dans les faits, c’est un peu plus compliqué. « Ces catégories sont arbitraires et ont surtout été utilisées pour fixer des prix de vente », dit le Dr Yves Tarte, vétérinaire principal chargé du développement professionnel chez Hill’s Pet Nutrition. Selon lui, le produit de qualité à rechercher doit présenter les cinq caractéristiques suivantes :

• Il est élaboré par un spécialiste de la nutrition animale.
• Il comporte une formule fixe, c’est-à-dire que ses ingrédients ne changent pas au gré des coûts d’approvisionnement.
• Il est testé selon les protocoles de l’Association of American Feed Control Officials (AAFCO) le seul organisme à émettre des recommandations nutritionnelles pour les chats et les chiens.
• Son fabricant est identifié (on ne lit pas seulement « fabriqué pour » ou « distribué par »), une information importante en cas de rappel.
• Les coordonnées du fabricant sont indiquées sur l’emballage et il est possible de communiquer avec lui pour lui poser des questions.

Les nutriments essentiels

Pour être en bonne santé, les chats et les chiens doivent consommer assez d’un certain nombre de nutriments, comme des protéines, des glucides, des lipides, des minéraux et des vitamines.

« Ces besoins varient selon le stade de vie, l’âge ou encore la condition de l’animal », explique le Dr Younès Chorfi, médecin vétérinaire et professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Ainsi, un chaton en croissance n’a pas les mêmes besoins nutritionnels qu’un chat adulte ou en fin de vie. Les spécialistes conseillent fortement d’utiliser une formule qui correspond au cycle biologique de votre animal.

Dans ses recommandations nutritionnelles, l’AAFCO différencie seulement deux profils : animal en croissance/gestation et animal adulte. Pour être « équilibrée », une formule doit comporter les bons nutriments dans les bonnes proportions pour le bon cycle biologique. Rien n’oblige une compagnie à se conformer à ces recommandations, mais la grande majorité le fait.

Les diététiques spécialisées

Une foule d’autres formules spécialisées sont aussi offertes, comme celles pour les chats stérilisés, les très petits chiens, telle ou telle race, etc. « Ces diètes ne sont pas nécessaires, mais elles peuvent présenter des avantages et sécurisent les propriétaires », croit Denise Moncion, superviseure dans une succursale montréalaise de la chaîne de boutiques pour animaux Croque en bol. Par exemple, les chats d’intérieur tendent à beaucoup se toiletter, ce qui peut créer des boules de poils, et leur faible niveau d’activité ralentit leur appareil digestif, causant parfois des selles molles et malodorantes. Les compagnies proposent donc des nourritures à leur intention, formulées pour minimiser ces problèmes.

La viande, un ingrédient de choix

Le chat est un carnivore strict : il doit manger de la viande. Pourtant, ­beaucoup de nourritures contiennent du maïs. « Ce n’est pas grave qu’il y en ait un peu, puisque le maïs renferme des nutriments intéressants. Mais il ne faut pas qu’il compose la majorité de la nourriture », avertit la DreValérie Deschênes, médecin vétérinaire et enseignante au programme Techniques de santé animale au Collège Laflèche à Trois Rivières. La viande devrait se trouver parmi les trois premiers ingrédients, ajoute-t-elle.

Le chien, lui, est omnivore. « Il peut être végétarien et même végétalien », explique Denise Moncion. Souvent mal vus par les maîtres, les sous-produits animaux – poumon, rate, rein, cerveau, foie, sang, estomac, intestin, etc. – ne sont pas à éviter.

Attention si vous nourrissez votre animal à volonté et qu’il aime beaucoup ce que vous lui offrez, il risque d’en manger plus que nécessaire. Cela peut mener à l’obésité, un fléau important chez les animaux de compagnie. Les quantités à donner devraient être indiquées sur l’emballage, selon le poids de l’animal, respectez-les!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire