lundi 29 juin 2015

Des phéromones aux sémiochimiques...petite explication de texte!


Le terme « phéromone » vient du  grec pherein (transporter) et hormân (exciter).

Au siècle dernier, le terme phéromones est d’abord réservé aux insectes

En 1959, Karlson et Lüsher en donnent la définition suivante : « Une phéromone est une substance (ou un mélange de substances) qui, après avoir été sécrétée à l'extérieur par un individu (émetteur), est perçue par un individu de la même espèce (récepteur) chez lequel elle provoque une réaction comportementale spécifique, voire une modification physiologique. »
A cette époque, c’est un terme utilisé par les entomologistes, qui étudient notamment
-       la communications des fourmis entre elles (odeurs coloniales) avec par exemple des signaux qui disent qu’une colonie donnée est fermée aux autres, comme si chacune avait son propre « visa » chimique…
-        ou encore l’attraction de grands papillons mâles, en l’occurrence, Saturnia Pyri (Les Grands paons de nuit) par le « parfum » leurs femelles


Les phéromones, langage chimique d’une espèce

Une phéromone est une substance qui intervient dans la communication entre individus d’une même espèce, et qui par opposition aux « hormones » n’est pas secrétée dans l’organisme mais à l’extérieur de celui-ci.

Sémiochimiques : communiquer dans le monde vivant

Aujourd’hui, le terme de « phéromone » a été remplacé par « sémiochimique » du grec semios (le signe), plus adapté à l’ensemble des substances concernées.
Car les sémiochimiques sont les différents « jus » ou assemblages de petits composés chimiques volatiles servant à la communication entre êtres vivants (des bactéries aux plantes en passant par les mammifères), soit dans une espèce donnée, soit entre espèces différentes.

Il en existe trois grandes catégories :
-       les signaux échangés entre individus de même espèce : Les « phéromones »
-       les signaux échangés entre individus d’espèces différentes : les « allélochimiques »
-       et les signaux envoyés par les tissus morts ou « apneumones »

Une action qui n’a pas besoin d’apprentissage

Contrairement aux odeurs, le fonctionnement des sémiochimiques ne nécessite pas d’apprentissage mais fait appel à un mécanisme « de type réflexe ». Pour savoir que vous sentez un parfum de lavande, vous devez avoir vu et mémorisé le parfum sur la fleur au moins une fois. En revanche, pour réagir à un sémiochimique, pas besoin d’apprendre, l’action est directe et immédiate.
Un sémiochimique ne s’avale pas, pas besoin de l’injecter non plus à l’animal pour apporter du bien être :
-       Chez le chat, la détection se fait par un « flehmen » : de l’air est aspiré dans la cavité buccale la gueule ouverte et passe dans l’organe voméronasal (ou organe de Jacobson) différent du nez, dont l’ouverture est en arrière des incisives

-       Chez le chien, la récupération du sémiochimique se fait par léchage ou « tongueing » voire « licking» des endroits où il se trouve, puis la langue amène le signal au niveau de l’ouverture de l’organe voméronasal qui le décripte.

Avec les copies de synthèse des sémiochimiques produits par les animaux, l’effet est donc proche de ce qui se passe naturellement et ces produits ne présentent aucun danger. Les effets actuellement connus et utilisés par les scientifiques sont de type sexuel (effet bélier), territorial (lieu de vie du chat), de familiarisation (tolérance entre individus, par exemple chez les félins) ou encore l’attachement, l’adoption ou le maternage (volailles, porc, brebis, chien, chat, cheval, humain…).  Ce sont aussi parfois des signaux d’alarme déposés par un animal de compagnie lors de sa visite chez le vétérinaire.

Sémiochimiques disponibles pour le bien être des animaux de compagnie

CHAT


FELIWAY ou ZENIFEL : fraction faciale féline F3 de familiarisation à l’environnement
Indication : faire disparaître les troubles comportementaux liés à la perturbation de l’environnement (dont le marquage urinaire)




FELIWAY MULTICAT : phéromone maternelle de chat
Disponible début 2016
Indication : faire disparaître les conflits lors de cohabitation dans les groupes de chats




 FELIFRIEND : fraction faciale féline F4 de familiarisation avec autrui
Indication : prévenir les conflits intra et interspécifques, à ne pas utiliser pour traiter les conflits






FELISCRATCH FIS Feline interdigital semiochemical de marquage de l’environnent
Disponible à nouveau début 2016
Indication : induire les griffades sur le support de votre choix

CHIEN


ADAPTIL = DAP phéromone maternelle de chien
Indication : faire disparaître le stress lors de la séparation, lors de l’adoption du chiot ; faire diminuer ou disparaître les états phobiques ; faciliter la relance des apprentissages …





CHEVAL

CONFIDENCE EQ = phéromone maternelle de jument
Indication : faire diminuer le stress dans toutes les situations anxiogènes pour le cheval (transport, soins vétérinaires, changement d’environnement, entraînement…)


POULES

AVIZEN = copie de synthèse du sémiochimique maternel  (sécrété par la glande uropygiale de la poule suitée)
Indication : favoriser la croissance, diminuer le stress et prévenir le picage entre individus




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire